NRW : Sortie du charbon jusqu’à 2030. Trop peu, trop tard

Direction OK, mais le calendrier continue de mettre en danger la santé et le climat

NRW : Rhénanie-du-Nord-Westphalie, le Land en Allemagne, dans lequel se trouve le bassin rhénane de lignite. Capitale : Düsseldorf. Première ministre : Hannelore Kraft ( SPD ). Coalition : rouge-verte.

Les Verts célèbrent Hannelore Kraft comme la fossoyeuse du lignite, mais RWE reste le fossoyeur de la Rhénanie. Mises en œuvre ne sont que les demandes molles de la chaîne anti charbon de Greenpeace, TG et BUND..

Selon l’Energy Watch Group, l’Agence internationale de l’énergie ( AIE ) publie depuis des années des données et des projections erronées sur le potentiel des énergies renouvelables ( Frankfurter Rundschau ).

Bien que les énergies éolienne et photovoltaïque aient connu une croissance exponentielle au cours des dernières décennies, l’AIE continue à assumer une croissance linéaire de ces technologies, et par conséquent une installation annuelle de nouveaux systèmes constante. P.e. pour 2030 ils prédisent pour les énergies renouvelables seulement une part de 14 pour cent de l’approvisionnement mondial en énergie. En fait, selon les critiques, 60 pour cent sont plus réalistes en appliquant les taux de croissance moyen des 20 dernières années.

En outre, Greenpeace assume 100% jusqu’en 2050.

La capacité mondiale d’énergie solaire de 180 gigawatts, ce qui en 2010 a été prédit par l’Agence seulement pour 2024, a été atteint, en fait, déjà en Janvier 2015. Christian Breyer, professeur d’économie solaire à l’Université finlandaise de Lappeenranta et l’auteur principal de l’étude de l’Energy Watch Group : « D’un point de vue scientifique, ces défauts structurels sont incompréhensibles. D’un point de vue social, ils sont irresponsables. »

Le Président de l’Energy Watch Group, Hans-Josef Fell, accuse l’AIE, « d’avoir opposé pendant des années la transition énergétique du monde ». Les fausses prédictions causent encore des investissements trop élevées dans le charbon, pétrole, gaz et nucléaire, ils entravent le développement de l’énergie renouvelable dans le monde et ainsi de saper la lutte mondiale contre le changement climatique, l’ancien député vert du Bundestag dit.

L’Agence pour l’énergie a été créé en 1974 après la première crise du pétrole comme une organisation des pays industrialisés de l’OCDE spécialisée sur les questions énergétiques. Elle a agi pendant longtemps principalement comme un groupe de pression pour la plus lisse possible offre de pétrole, gaz et charbon. Récemment, cependant, il y a des signes d’un changement. Elle a reconnu l’importance du changement climatique et prône la réduction des gaz à effet de serre, l’amélioration de l’efficacité énergétique et la réduction des subventions pour les combustibles fossiles. Fell admet que l’économiste en chef actuel et futur patron de l’AIE, Fatih Birol, fait souvent des « énoncés exactes »
et décrit « le drame de l’augmentation du CO2 ». Mais néanmoins dans les rapports officiels, il se trouvent toujours les mêmes erreurs systématiques […]

Fell explique « la gîte fossile et nucléaire » des rapports avec le fait qu’ils doivent être examinés et approuvés par les gouvernements des pays de l’OCDE. Parmi eux se trouvent des pays comme l’Australie et la Russie, qui vivent beaucoup sur l’exportation de combustibles fossiles, et des pays comme la France, qui veut exporter des centrales nucléaires. « Ils ont aucun intérêt à ce que le potentiel des éco-énergies est décrit de façon réaliste“

Selon l’agence de sondage Allensbach, 95% sont contre l’électricité de charbon. Entre-temps, l’OCDE a compris aussi que la sortie du charbon fait partie de la transition énergétique :

« Le temps est venu pour que les pays doivent montrer qu’ils sont sérieux au sujet de la lutte contre le changement climatique, et une réforme de l’appuy néfaste des combustibles fossiles serait un bon début, » déclara le Secrétaire général de l’OCDE, José Ángel Gurría.

Maintenant, le gouvernement d’NRW prétend avoir mis en œuvre ce début. Donc, nous pouvons lire au site web des Verts en NRW :

Avec la 3e décision de fond nous fermons un chapitre important du passé et ouvrons en même temps un nouveau pour la politique énergétique de l’avenir.

Mais jusqu’à présent est seulement décidée une ébauche du gouvernement NRW, sur lequel elles-ils vont continuer les négociations dans le printemps prochain. Quoi qu’il en soit, une sortie progressive à partir de 2030 n’est pas une solution adéquate compte tenu des risques pour la santé bien connus et les coûts supplémentaires dus au charbon. Les conséquences fatales de charbon en Europe sont également visualisées très clairement sur coalmap.eu.

Le Parti Pirate en NRW cependant, demande une fois de plus une « loi de sortie du lignite » rapide et se plaignent que les Verts ont cédé dans la décision de fond. « Si une sortie du lignite plus vite n’est pas possible avec l’SPD, leur partenaire de coalition, alors il ne reste plus que la sortie de la coalition Kraft-Charbon afin de représenter une politique climatique crédible », le président NRW Patrick Schiffer du Parti Pirate dit. ( welt )

( Hannelore Kraft, la première ministre SPD du Land de Rhénanie du Nord-Westphalie, règne dans une coalition avec les Verts. Son nom de famille Kraft signifie force ou électricité. Voilà pourquoi elle est souvent appelée Hannelore Kohlekraft = Hannelore Électricité-de-charbon et sa politique Kraft-Kohle-Kopplung = Cogénération de charbon et de Kraft )

Malgré le remaniement ministériel la cogénération de charbon et de Kraft restera intact sous la pression de RWE.

Maintenant, le projet de rouge-vert de la décision de fond est publié pour être délibéré publiquement deux mois. Les citoyens concernés, les municipalités et les Kreise ( comtés ) sont autorisés à soumettre des commentaires en ligne. Le gouvernement du Land ne croit pas que des changements majeurs seront nécessaires avant qu’il adopte enfin la décision de fond en printemps prochain. Ils-elles sont tout à fait convaincu-e-s qu’RWE va s’arranger de ce scénario, parce qu’elles-ils étaient déjà en contact avec l’entreprise lors de l’élaboration. ( welt )

Pas tout le monde est heureux-se. En plus de la menace permanente pour la forêt de Hambach, qui sera victime de la mine à ciel ouvert de Hambach, selon le plan d’exploitation de base III encore en vigueur, en dépit de la réduction proposée de la mine à ciel ouvert de Garzweiler, d’autres problèmes vont se produire.

Les quatre maires de Mönchengladbach, Erkelenz, Jüchen et Titz ont souligné ces défis dans une lettre à la première ministre d’NRW Kraft. « La mine à ciel ouvert Garzweiler II entraîne des coûts d’éternité, dont le montant est incalculable, »les maires accentuent. Ils appellent donc à la création de réserves suffisantes et un suivi de la politique financière.

Ce point est déjà douloureux pour RWE, parce que déjà pour les réserves pour démanteler les centrales nucléaires et pour l’élimination des déchets nucléaires manque l’argent. Jusqu’à présent, les quatre géants de l’électricité E.ON, RWE, Vattenfall et EnBW ont mis de côté 39 milliards, soit 30 milliards trop peu. Par conséquent, un fonds public doit être formé maintenant.

Les entreprises plaident pour une solution de fonds aussi. Elles imaginent une sorte de fondation de droit public dans lequel elles souhaitent transférer des plantes et de l’argent. Elles attendent, en contraste avec le gouvernement, qu’après le paiement de leurs réserves, elles seront libérées de toute autre responsabilité. Dans leur imagination, l’Etat doit prendre soin du stockage définitif des déchets nucléaires.

Tandis que le chef d’RWE, Terium tente de limiter les dégâts, une élimination progressive d’RWE est déjà bien amorcée. Le prix actuel de l’action : 9,68 €. Ce qui reste après la faillite, va au détriment de tout le monde et jusqu‘alors nous souffrons tous de l’extraction, l’importation et l’incinération du charbon.