Lettre de Jus

« Compas ! 21 Septembre, Cologne

Depuis maintenant 60 jours, je suis détenu pour avoir bloqué l’expansion de la plus grande mine d’énergie extrême de lignite en Europe et de ses plus grand émetteurs de CO2, ce qui provoque non seulement la destruction de la forêt. Je me suis engagé et je m’engage aussi contre les massives injustices sociales et environnementales, sous les impacts desquels souffrent des gens dans les pays du Sud.
Je fis une grève de la faim de 23 jours et ensuite je l’ai continué comme suit: ven.-dim. sans nourriture et en outre sam.-dim. sans eau, pour attirer l’attention à l’injustice climatique et à la répression contre les militant-e-s écologistes et politiques. Au cours de mes actions, j’ai reçu la nourriture dans ma cellule jetée par main ou des coups de pied, la lumière était allumée et éteinte pendant toute la nuit, le personnel médical m’a menacé d’une alimentation forcée, claqué la porte au nez, insistant sur le fait que je dois signer des formes en allemand, que je ne peux pas lire, sans me donner des traductions, il y avait des commentaires, après plus de 20 jours de grève de la faim, comme ce qu’il devrait avoir du travail en prison ( ?! ).
Maintenant, que je fais ces actions de week-end, je ressens une augmentation de mauvais traitements, tels que le personnel de la prison, à l’aide de prisonniers de leur confiance, me met lundi et mardi à un régime de faim et de dénutrition. Ils fouillent ma cellule et volent ( ie sans confiscation « officielle » ) des choses telles que des photos et des articles qui ont à voir avec mon cas et ma défense, et ils ont même menacé d’uriner dans ma gamelle vide.
Depuis que je n’ai jamais rencontré mes deux grands-pères, qui ont survécu à peine les camps de prisonniers de guerre Stalag I, seulement pour mourir peu de temps après ( Jus est d’origine polonaise ), je veux étendre la solidarité et le soutien à tou-te-s les camarades autochtones et privé-e-s de leurs droits, qui ont connu la même tendance de la violence, l’exploitation et l’oppression depuis plusieurs générations. Ceci est maintenant de plus en plus apparente, avec la criminalisation progressive de plus de gens et de formes de protestation et avec un système de « justice » qui dégénère une fois de plus à une coquille vide et qui protège les intérêts des capitalistes des combustibles fossiles et des oppresseurs.
Dans cette dure réalité de la corruption et la répression, je voudrais appeler pour organiser de l’information et de livres, afin d’établir une forme de soutien intellectuel dans un projet de prisonnier. Amorphous Books Across Bars ( ABAB, livres informes à travers les grilles ) est un échange collectif et décentralisé d’informations en prison. S’il vous plaît veuillez nous soutenir par l’envoy de magazines, brochures et zines, provenants d’adresses privées ainsi que des livres de librairies, éditeurs et grossistes ( étant les seuls autorisés à envoyer les livres dans les prisons en  ), à:

Dariusz « Justice » Brzeski
# 3236156
JVA Köln
Rochusstr. 350
50827 Köln
Allemagne

P.S. Je suis en train d’envoyer des cartes postales et d’informer les autres prisonniers au sujet d’ABAB et d’étendre le soutien. Tous les timbres, cartes postales, autocollants, et des dons pour ce but seront grandement appréciés.

En solidarité avec tous les prisonniers politiques, partout dans le monde »