5 personnes arrêtées! Pas de raisons reconnaissables

Peut la police voler des vélos ? Mais non, ce n’est pas nécessaire. Elle peut demander les numéros de châssis. Personne les sait.

Chronologie

Sam. 21/11
Environ 18h00 un groupe de personnes était sur leur chemin de la station de Buir à la prairie. Deux employé-e-s de chemin de fer ont parlé à eux, puis après 1/2 km, illes étaient entouré-e-s par six voitures de police avec leur gyrophares en marche et arrêté-e-s!
21h12 Ils sont pris au poste de police à Kerpen. Une personne est déjà relaxée. Apparemment, le petit groupe fut aperçu à la gare par deux gardes de sécurité (inconnus si RWE ou autre). Une voiture les a poursuivi et peu de temps après, les 5 ont été arrêté-e-s et emmené-e-s à Kerpen. Prétendument elles-ils ont commis du vol de bicyclettes.
21h20 En ce moment, une personne est traitée ID (La police tente de déterminer son identité en prenant ses empreintes digitales) et, selon la police, elle sera libérée après. Puisque les flics prétendument doivent enquêter sur une affaire pénale importante en même temps, les autres ne seront pas traitées ID jusqu’à environ 10 heures.
21h28 La deuxième personne est libre!
23h45 Il peut être chaud dans la salle d’attente du poste de police, mais aussi ennuyeux…

Dim. 22/11
00h00 En raison d’une fête de pyjamas démarrante, les lanceurs-euses de confettis ont été enlevé-e-s par les agent-e-s de police déjà énervé-e-s des bureaux du poste de police à Kerpen qui ont été utilisés en tant que salles d’attente.
04h30 Le confetti, répandu solitaire et grelottant sur le sol de la salle d’attente. Dans les voitures solidaires en face de du poste de police, il est chaleureuse et douillet. Il y a encore 2 personnes à l’intérieur, qui refusent de donner leurs données personnelles.02:15 La troisième personne est libre !
07h50 Tou-te-s sont libres!


1 réponse à „5 personnes arrêtées! Pas de raisons reconnaissables“


  1. 1 Calaminois 22. November 2015 à 17:55 heures

    C’est toujours comme ça, quand on est en route sur le vélo dans les alentours de la Forêt. «On», c’est chaque personne qui, selon les flics, pourrait être un-e eco-terroriste.
    « C’est à vous, ce vélo, non ? »
    « Mais bien sûr ! »
    « Donc vous pouvez me dire le numéro de châssis, non ? »
    « ? »
    « Ah ! Ce vélo est volé ! »

Excusez, s.v.p., les commentaires à ce sujet sont fermés.
Lien permanent pour ce commentaire