A propos de (non) violence

deutsch | english | español
Dans les rapports de presse récents, nous lisons et entendons très souvent de violentes émeutes dans la forêt de Hambach. Souvent, ils concernent des « attaques contre des employés d’RWE ».
Mais combien de vérité est vraiment dans ces reproches ?
Quelles sont les origines ?

Je veux essayer de clarifier un certain nombre de choses desquels souvent est donné une fausse impression :

  1. Jamais nous n’avons eu l’intention de nuire à des employés d’RWE personnellement, ou de les intimider afin d’atteindre nos objectifs. Ce serait une stratégie très douteuse.
  2. En cas de bagarres, il s’agit toujours de gardes de sécurité d’RWE, qui nous attaquent nous! Et certainement pas de travailleurs pacifiques. Cette différence est habituellement cachée. ( L’exception fut une chamaillerie qui se dégagea du patron d’une entreprise, après que les activistes sont montés sur l’un de ses chargeuses sur pneus. D’autres exceptions ont pu se passer, mais je n’y sais rien. )
    Les gardes de sécurité sont employés par RWE pour nous empêcher par force de mener des actions contre RWE. Cependant nos actions ne sont jamais envisagées à blesser n’importe qui, mais à perturber le fonctionnement de l’extraction continue.
  3. Le bilan des affrontements violents parle pour lui-même.
    De notre côté, il y avait au cours des trois dernières années des nez, dents et doigts cassés. Des blessé∗s ont été mis en garde à vue et illes n’obtinrent pas de traitement médical ( par exemple après que quelqu’un∗ a été accroché par une jeep de la sécurité ).
    Pour forcer la « coopération » en prenant leurs empreintes digitales, les policier∗s ont menacé les les activistes – qui habituellement seulement ont participé à des blocus passifs – à leur casser les doigts et les bras. De plus, encore et encore sont appliquées des méthodes douloureuses comme des coups et des clés articulaires, comme les clés de bras. Au moins une fois un∗ activiste fut battu KO au poste de police afin d’obtenir ses empreintes digitales, bien qu’une accusation concrète contre lui n’existe pas. D’autres personnes étaient attachées à leur lits dans la cellule de la police pendant la nuit.
    Il n’y a pas de cas connus dans lesquels des gardes de sécurité d’RWE ou des policier∗s ont dû subir des violences similaires de la part des activistes comme vice versa il se passe tout le temps.
    Je ne veux pas nous dépeindre comme des victimes. Dans la plupart des cas, nous savons ce que nous allions trouver. Il s’agit plus de la reconnaissance, que beaucoup d’entre nous paient un prix élevé.
  4. Des cas publiquement connus dans lesquels la police a menti, ne font pas obstacle à la presse de prendre de nouveau leur informations non vérifiées.
    Dans la plupart des cas, la presse (KStA, Express, WDR, RTL) ne prend que les communiqués de presse d’RWE ou de la police, qui prennent de leur côté les informations non vérifiées du service de sécurité d’RWE. Nos communiqués de presse sont souvent simplement ignorées. Des réponses avec notre point de vue sont également rarement publiées, et encore moins désirées.
    Voici un exemple : pendant l’expulsion du tunnel en 2012, le porte parole de la police affirma que l’activiste dans le tunnel avait enlevé des piliers par des coups de pied et ainsi mis en danger de mort les forces et lui-même. Plus tard, la police l’a dû corriger . Mais l’image d’un « fou dans le tunnel » reste dans la perception du public.
  5. Il est vrai que la situation est de plus en escalade. Ni la police ni RWE avec ses gardes de sécurité, ni la résistance dans son ensemble sont exempts de violence. Cependant, nous de notre part essayons de protéger la forêt contre la déforestation – et en faisant ainsi certains ont à se défendre contre des gardes armés ou la police. Mais ceux-ci utilisent de la violence pour assurer la poursuite de la destruction de la forêt, la région et le climat. Bien sûr, il serait agréable d’être en mesure d’arrêter cette supériorité d’une manière simplement pacifique. La plupart de nos activités sont concentrées en effet sur une coexistence minutieuse.
    Mais quand nous nous opposons à la police et les gardes de sécurité dans la forêt, le message d’RWE est: « Ne touchez pas à notre destruction, sinon nos sbires vous casseront la gueule ! »
    Mais nous ne pouvons pas les laisser simplement aller de l’avant, parce que nous voulons laisser cette planète encore vivable pour nos enfants et nos petits-enfants !
    Je suppose que cette escalade est même voulu de la part de la police. Parce que si elles ne peuvent pas nous faire garder encore, ils peuvent au moins essayer de masquer la nature politique de la résistance aux stéréotypes. Photos d’idiots fanatiques, qui cherchent de la violence sans motivations sérieuses.

Si les médias ne peuvent pas rapporter de la violence, ils nous ignorent la plupart du temps. De toute façon ils ignorent ce qui est en jeu dans cette lutte.
Dans le monde entier, par exemple dans les les sécheresses, les guerres et les réfugiés, dans cette région dans les expropriations, les maladies causées par la poussière, les familles brisées, etc.
Cette violence est tellement plus grand que tout ce qui se discute ici! RWE est l’un des nombreux criminels violents dans le monde.
Mais ils sont ici. Et nous sommes ici. Nous devons donc essayer de les arrêter.
Une discussion sur la proportionnalité des méthodes est toujours important. Mais nous ne devons jamais perdre de vue ce qui est en jeu et ce qui est le prix de notre inaction, même si nous ne sommes pas ceux qui ont à payer pour cela.

Un individu qui a passé beaucoup de temps dans la Forêt de Hambach.

Plus de voix critiques au sujet de (non) violence en allemand:
Anti-Atom-Aktuell – Wir stehen dazu – Militanz
Schattenblick – Die Doktrin Mahatma Gandhis im Diskurs sozialer Bewegungen
Glasscheiben und Gitterstaebe … (ein älterer Artikel den ich auf dem Blog gefunden habe)