[Ende Gelände] Communiqué de presse, 21 mai 2016

+++ Ende Gelände exige la libération d’activistes arrêté∗s +++

21/05/2016 L’alliance Ende Gelände exige la libération de quatre activistes qui ont été arrêté∗s dans le cadre des actions au cours du week-end de Pentecôte, du 13 au 15 mai. Environ 3500 personnes avaient bloqué dans une campagne de désobéissance civile, la centrale Schwarze Pumpe. L’activité de la police au cours de l’action de masse a été largement apaisante. Cependant, l’alliance dénonce la répression disproportionnée sur les personnes concernées et les petits groupes; et les conditions inacceptables de détention des activistes.

Au total, actuellement quatre personnes sont en garde à vue :

  • L’activiste « Yu » a été arrêtée vendredi soir. Elle est associée à une action lock-on et une pyramide de béton, qui a conduit à l’interruption du transport de lignite de la mine à ciel ouvert Jänschwalde à la centrale Schwarze Pumpe . Elle devra rester en détention jusqu’au procès dans environ 3-4 semaines.
    « Yu » est accusée de désordre civil, mais elle est en détention en raison de pas avoir indiqué son identité. Cependant, tous les autres militants de la campagneEnde Gelände, qui n’ont pas donné leurs renseignements personnels, avaient été libérés malgré ça.
  • Deux autres personnes ont été arrêtées lors de l’expulsion de l’occupation de forêt LAUtonomia, mercredi dernier. They are accused of having been involved in a lock-on action in connection with the campaign of Ende Gelände action and to have committed an offense of “dangerous interference with the traffic.” This accusation can lead to 6-month to 10-year prison sentences. Also these two activists will not be released before their trial in 3-4 weeks.
  • Another person was arrested at one of the police checks, which were intensified during the campaign period, and has not been released until today; the reason for this is unknown. They were denied the right to one phone call from prison. So they had been missing for two days.

Au cours de l’action, il y avait un total de cinq blocus à différents endroits du réseau de chemins de fer autour de la centrale électrique Schwarze Pumpe. Les actions lock-on et les pyramides de béton étaient des éléments clés dans la campagne de désobéissance civile contre l’électricité de lignite. Elles ont menacé personne, et aucune infrastructure dans la mine a été endommagée, comme accordé dans le consensus l’action de Ende Gelände.

Insa Vries de Ende Gelände commente: « Ceux qui sont détenus pour une action dans le cadre de Ende Gelände, nous concernent tous. Seulement ensemble nous avons réussi à bloquer la centrale de sorte que l’on y était forcé de réduire considérablement sa production – et ainsi nous avons évité l’émission de 16.000 tonnes de CO₂ dans l’atmosphère. Nous ne permettrons pas d’être criminalisé∗s – compte tenu de la menace massive du changement climatique, notre résistance est non seulement légitime mais indispensable. »

Pendant l’action, environ 120 personnes ont été arrêtées. La plupart du temps les personnes arrêtées ne sont pas autorisés plus de 12 heures pour exécuter leurs droits légalement titrisés comme les appels téléphoniques, de manger et de visites aux toilettes. Vingt-cinq activistes ont été arrêté*s pendant la nuit dans une petite cellule de 15 mètres carrés. « Les droits fondamentaux à l’alimentation, toilette et conseil juridique appliquent à toutes les personnes et doivent être accordés également en garde à vue. Le fait que la police refuse ces droits fondamentaux aux personnes détenues, est effrayant », dit Insa Vries.