Mentionnés en particulier ci-dessous :
Pic mar | Vespertilion de Bechstein | Muscardin
L’autorisation pour la destruction de la Forêt de Hambach illégale ?

Présence d’espèces de l’annexe IV (espèces nécessitantes une protection stricte) dans la directive habitats (FFH-RL) dans la Forêt de Hambach & Steinheide (seulement une sélection)
Sonneur à ventre jaune Bombina variegata Wikipédia
Crapaud calamite Bufo calamita Wikipédia
Grenouille agile Rana dalmatina Wikipédia
Vespertilion de Brandt Myotis brandtii Wikipédia
Vespertilion de Natterer Myotis nattereri Wikipédia
Vespertilion de Bechstein Myotis bechsteinii Wikipédia
Grand murin Myotis myotis Wikipédia
Pipistrelle Commune Pipistrellus pipistrellus Wikipédia
Pipistrelle de Nathusius Pipistrellus nathusii) Wikipédia
Noctule commune Nyctalus noctula Wikipédia
Noctule de Leisler Nyctalus leisleri Wikipédia
Oreillard roux Plecotus auritus Wikipédia

Source: BUND


L’autorisation pour la destruction de la Forêt de Hambach illégale ?

Sur Wikipédia nous pouvons lire (allemand) : https://de.wikipedia.org/wiki/Richtlinie_92/43/EWG_%28Fauna-Flora-Habitat-Richtlinie%29#Verfahrensbeispiel_Deutschland:

“Les Bundesländer (provinces) en Allemagne assemblent des listes de zones protégées. Les zones doivent être répertoriées principalement sous le critère de la protection des espèces et des habitats et comprennent les zones protégées qui existent déjà dans le cadre de la Loi fédérale sur la conservation de la nature (Bundesnaturschutzgesetz, BNatSchG). En choisissant les Länder ont une certaine marge d’appréciation quant à la perspective de conservation. Mais alors rien d’autre que les aspects de la conservation de la nature peuvent jouer un rôle (p.e. opportunisme politique, économique et des intérêts infrastructuraux).(Accentuation par caractères gras par nous)

Cela signifie que l’autorisation de la destruction de la Forêt de Hambach est illégal en vertu du droit européen parce que le gouvernement de Rhénanie du Nord-Westphalie aurait dû soumettre une demande européenne pour le statut de protection!

L’importance de la Forêt de Hambach en tant qu’habitat du Pic mar

Jusqu’au début des défrichements en faveur de l’exploitation à ciel ouvert de Hambach en 1977, les forêts appellées « Bürgewälder » hébergeaient la seule présence importante du Pic mar ( Dendrocopos medius, Linnaeus 1758 ) dans le bassin de la basse Rhénanie. En même temps, cette présence était la dernière grande population devant la limite d’aire occidentale.
Il s’agit de l’une de 5 plus grandes présences de couvée en Rhénanie-du-Nord-Westphalie dans quoi, en outre, la densité de colonie est une des plus hautes même dans l’échelle panallemande. Le Pic mar, insectivore toute l’année, dépend pour sa nourriture surtout de vieux bois de chênes, comme elles sont à trouver spécialement dans la Forêt de Hambach. Il est une espèce emblématique ou espèce caractéristique de ce type d’habitat naturel.
En Rhénanie-du-Nord-Westphalie le Pic mar fait partie des espèces fortement menacées ( la liste Rouge 2 ); et est mentionné dans l’Annexe I de la Directive sur les oiseaux de la C.E. Selon elle la Rhénanie-du-Nord-Westphalie est obligée à prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer les populations du Pic mar. Par exemple, l’aménagement de réserves naturelles ainsi que l’entretien des habitats en fait partie.
Par la croissance de la mine à ciel ouvert de Hambach et en conséquence la perte de vieux bois de chênes, il en venait au cours des derniers 25 ans à une régression de plus que 20%. Seulement entre 1995 et 1998, environ 500 ha de la Forêt de Hambach sont défrichées. Le nombre des territoires prouvés du Pic mar réduisait dans la même période de 52 à 34.
Tout compte fait la population de Pic mar de là-bas va disparaître en grande partie au cours des prochains 20-25 ans, avec la croissance de l’exploitation à ciel ouvert de Hambach et le défrichement continué des forêts « Bürgewälder ».

Le Vespertilion de Bechstein ( Myotis bechsteinii ) sur le point de la disparition

Seulement depuis des recherches du BUND ( Amis de la terre en Allemagne ) l’importance de la Forêt de Hambach est connu comme habitat du Vespertilion de Bechstein ( Myotis bechsteinii ) qui est strictement protégé selon l’annexe II et IV-FFH-RL. En Rhénanie-du-Nord-Westphalie, l’espèce est considérée comme « fortement menacé ». Quelques présences se trouvent dans des régions de moyenne montagne et ses zones périphériques. Du pays plat ( p.e. le bassin de lignite Rhénane ), seulement quelques présences sont prouvées. En toute Rhénanie-du-Nord-Westphalie, 8 colonies de parturition ainsi que 2 logements d’essaim importants sont connues.
Dans l’espace naturel entier du bas Rhin, seulement deux colonies de parturition de Vespertilion de Bechstein sont connus jusqu’à présent : L’un dans la Forêt de Hambach et l’autre dans la réserve naturelle Steinheide, situé au bord de la même mine. Cependant, la structure sociale et le comportement d’utilisation d’espace des communautés de reproduction de Vespertilions de Bechstein féminins fait soupçonner l’existence d’autres logements de colonies de parturition en particulier dans la partie de la Forêt de Hambach qui est encore debout et qui se distingue par une grande proportion de vieille bois. Cependant, ces logements n’existeront pas à l’avenir, puisque la forêt doit être détruite complètement en faveur de l’exploitation de lignite.
Et même l’espace de refuge « Steinheide » sera lésée par les planifications en faveur de la mine à ciel ouvert, en particulier par le transfert de l’autoroute BAB 4. Une expertise élaborée par ordre du BUND par l’institut pour la zoologie de la Friedrich-Alexander-Universität d’Erlangen-Nuremberg vient au résultat qu’une autoroute A4 déplacée deviendrait un « piège mortal pour le Vespertilion de Bechstein ». Face à l’importance extraordinaire de la colonie de Vespertilion de Bechstein à l’égard de la protection de la nature dans la reserve de Steinheide, la combinaison des détériorations provoquées par le transfert de l’autoroute A4 équivaut non seulement à un risque d’extinction clairement augmenté, mais encore à ce que dans l’espace naturel de la plaine du bas Rhin et de Cologne l’état de conservation de Vespertilion de Bechstein s’aggrave tellement que l’espèce y arrive au bord de l’extermination partout.


Le Muscardin


RWE déplace des centaines des rongeurs chouets

Düren – Contre les excavateurs, même une espèce animale strictement protégée n’arrive pas : Le muscardin doit disparaître de la Forêt de Hambach!
L’exploitation de lignite par RWE détruit l’habitat naturel du rongeur – la forêt est écrasée. Fini les souris !
A temps, l’entreprise veut déplacer le muscardin, dans les prairies au bord du ruisseau de l’Inde au sud d’Aldenhoven. Cent nichoirs sont accrochés à des arbres dans l’habitat encore actuel des petits animaux chouettes.
« L’objectif est que les muscardins trouvent refuge dedans et que nous les transportons dans les nichoirs aux prairies à l’Inde. Là règnent des conditions idéales pour fonder une nouvelle population », dit la porte-parole d’RWE, Laura Hoeboer-Schneider.
Des protecteurs-euses des animaux pensent que le transfert sera la condamnation à mort pour la population! « Il est une illusion de supposer que des animaux puissent être déplacés sans dommage », dit Dirk Jansen du BUND. « RWE enlève l’habitat à beaucoup d’espèces d’animaux protégés et non protégés et joue le créateur. Ça ne fonctionne pas! »
Il s’agit d’une infraction autorisée officiellement du droit de protection de nature. « Dans les prairies à l’Inde règnent les conditions tout à fait différentes. C’est douteux si les muscardins y survivront », Jansen dit.