Le bassin de lignite rhénan et la structure des plaques dans la plaine alluviale du bas Rhin
http://www.bund-nrw.de/typo3temp/pics/09a1fa4a95.jpg

L’origine du lignite

Au cours de la période tertiaire ont commencé dans le bassin du bas Rhin 30 millions d’années de subsidence. Ce fut l’origine d’un bassin de sédimentation peu profond pour les Rhin, Roer, Erft, Sieg et Meuse. Ce bassin descendait progressivement et formait, sous l’influence de la tectonique, une zone de rupture, tandis que le massif schisteux rhénane voisiné était soulevé. Dans plusieurs phases la mer du Nord d’origine avance dans cette région. En dessus de l’argile déposée dans les bassins se sont formées des tourbières, dont la végétation ne pouvait pas être décomposé à raison de la pauvreté en oxygène dans l’eau couvrante. Les tourbes résultants ont été couverts par l’échange continue de transgressions et regressions marines avec des graviers, sables et argiles.

Il y a 20-23 millions d’années, au début du Miocène, les conditions climatiques étaient favorables à la végétation de marais et à la formation de la tourbe. Des couches de gravier se déposaient sur la tourbe, elles ont fait un joint étanche à l’air et leur pression a intensifié le processus de carbonisation. La tourbe s’est transformée progressivement en lignite. Le lignite est donc un combustible assez jeune, qui est au début de la progression de la carbonisation. Par rapport au charbon, sa capacité calorifique est faible. La teneur en eau du lignite est à environ 55%.

Les mines à ciel ouvert de Garzweiler, Hambach et Inden

http://www.bund-nrw.de/typo3temp/pics/759d4c43c1.png

Aujourd’hui, dans le groupe principal de couches « la Ville » peut être trouvé du lignite jusqu’à 70 mètres d’épaisseur. Dans la phase finale du Miocène se sont formés dans la zone Ouest du basin, sur la plaque du Rur, les filons des couches d’Inden. Pendant le Pliocène pas de filons se sont formés, au lieu de cela la région voyait de l’agitation tectonique renforcée. Le bassin fut cassée le long de deux principales lignes de faille ( lignes Rurrand et Erft ) en trois plaques, qui ont formé à leur tour des décalages plus petites du terrain et des champs de fracture géologique ( plaques de la Rur, de l’Erft et de Venlo ).

http://www.bund-nrw.de/uploads/pics/2014__Braunkohlenfoerderung_im_Rheinland_01.jpg

Ces plaques en pente vers le nord se sont inclinées de différents degrés et basculés en même temps à l’est. A raison des différents effondrements des plaques individuelles, les filons de lignite sont aujourd’hui à différentes profondeurs. Alors que dans le socle de Ville, ils se trouvent près de la surface – c‘est pourquoi l’exploitation du lignite y a été commencé – ils atteignent à la plaque d‘Erft (mine de Hambach), une profondeur de plus de 450 mètres.

Les gisements de lignite en Rhénanie contenaient sur une superficie d’environ 2.500 kilomètres carrés à l’origine environ 55 milliards de tonnes. Cela rend les plus grands gisements de lignite homogènes en Europe. De grandes parties de celui-ci sont considérés comme techniquement et économiquement exploitables. Le stock de lignite dans les mines à ciel ouvert approuvées s‘élève à 3,3 milliards de tonnes. L‘exploitation annuelle des trois mines à ciel ouvert Garzweiler, Hambach et Inden est de 100 millions de tonnes.

Source : BUND-NRW-Braunkohle Groupe lignite du BUND ( Amis de la Terre ) en NRW